« Love story » – Ce que le film d’amour d’Arthur Hiller nous dit de l’Amérique

La musique du film « Love story »

Musique du film « Love story »

Un drame rempli de pudeur

On voit deux êtres assez différents qui se provoquent et s’amusent l’un l’autre, jusqu’à se rapprocher et tomber infiniment amoureux l’un de l’autre. Leur histoire est belle et elle l’est car elle est simple. Leurs deux âmes s’apaisent l’une avec l’autre et malgré leurs désaccords, leur amour triomphe toujours.

We see two quite different people who provoke and amuse each other, until they get closer and fall infinitely in love with each other. Their story is beautiful and it is beautiful because it is simple. Their two souls are calmed by each other and despite their disagreements, their love always triumphs.

La fin de vie d’une jeune personne

Que peut-il y avoir de plus injuste qu’une jeune personne qui perd la vie pour une maladie comme venue d’ailleurs, qui ne semble pas appartenir à sa vie, son destin et son histoire..?

What could be more unjust than a young person losing his or her life to a disease that seems to come from elsewhere, that does not seem to belong to his or her life, destiny and history?

Ce film traite avec pudeur de ces jeunes adultes qui partent bien trop tôt et qui laissent des trous béants derrière eux par l’amour et la joie qu’ils ont apporté à leurs proches.

This film is about young adults who leave far too early, leaving gaping holes in the love and joy they brought to their loved ones.

Un film comme on n’en voit plus

Ce film fait du bien car il montre qu’en toute simplicité et avec une grande sobriété, on peut montrer la beauté de la vie et que l’histoire ne perd rien, voire est bien plus forte qu’un cinéma dégoulinant où tout est trop.

This film is good because it shows that in all simplicity and with great sobriety, one can show the beauty of life and that the story loses nothing and is even stronger than a dripping cinema where everything is too much.

« Less is more » est une maxime dont les réalisateurs d’aujourd’hui devraient se rappeler car la vie est souvent bien plus belle et bien plus simple que ce que l’on nous propose sur les écrans.

« Less is more » is a maxim that today’s filmmakers should remember because life is often much more beautiful and simple than what we are presented with on screen.

Ce que ce film nous dit de l’Amérique

La pression de la réussite

La pression qui pèse sur les jeunes, surtout sur les jeunes de bonnes familles, peut être très lourde pour leurs frêles épaules. On le voit dans le film avec Oliver dont le père est millionnaire et veut la réussite pour son fils. Mais Oliver, issu d’une lignée aussi bien tracée, se sent totalement programmé et absolument pas libre de faire ses propres choix de vie. Cela le conduit à se distancier de ses parents voire à quasiment couper les ponts avec eux.

The pressure on young people, especially those from good families, can be very heavy on their frail shoulders. We see this in the film with Oliver, whose father is a millionaire and wants success for his son. But Oliver, coming from such a well-trodden line, feels totally programmed and absolutely not free to make his own life choices. This leads him to distance himself from his parents and even to almost cut them off.

Le coût des soins de santé

On voit que l’argent entre en jeu lors de la maladie de Jenny. Oliver, qui avait toujours fui la richesse de sa famille, car il reprochait aussi à ses parents la manière dont ils l’avaient acquise, joue cette carte face aux médecins lorsque sa bien-aimée est entre leurs mains. Il veut qu’elle ne souffre pas et que les meilleurs traitements lui soient administrés. Alors il s’agit simplement d’argent et il lance aux médecins dans le couloir qu’il est millionnaire et que l’argent n’est pas un problème. Pour un français, cette discussion peut paraître étonnante mais pour pas pour un américain car on sait qu’aux Etats-Unis, les traitements sont réservés aux personnes qui peuvent se les payer.

We see that money comes into play during Jenny’s illness. Oliver, who had always shunned his family’s wealth because he also blamed his parents for the way they had acquired it, plays this card against the doctors when his beloved is in their hands. He wants her not to suffer and to be given the best treatment. So it’s just about money and he tells the doctors in the corridor that he is a millionaire and money is no object. For a French person, this discussion may seem surprising, but not for an American, because we know that in the United States, treatments are reserved for people who can afford them.

On imagine alors combien il peut être difficile pour la jeunesse américaine de se sentir vraiment libre. Leur système est tellement tenu par l’argent, allant jusqu’à être une condition de leur survie étant donné le coût des soins des santé… Soins qui peuvent vite devenir astronomiques en fonction des pathologies.

One can imagine how difficult it can be for American youth to feel truly free. Their system is so tied to money, to the point of being a condition of their survival given the cost of health care… Care that can quickly become astronomical depending on the pathologies.

Alors quels choix les jeunes ont-ils vraiment pour décider de leur avenir ? S’ils ne se reconnaissent pas dans les voies proposées par le système classique, il peut vraiment être compliqué pour eux de trouver comment se frayer un autre chemin, propre à leurs aspirations personnelles et profondes…

So what choices do young people really have in deciding their future? If they do not recognize themselves in the paths proposed by the classic system, it can be really complicated for them to find another path, specific to their personal and deep aspirations…

Into the wild, cette même recherche de liberté

Cela nous rappelle la rébellion profonde amenée par le protagoniste du film « Into the wild » dans lequel le rejet de l’ordre établi et de la société américaine de consommation le mènera jusqu’à la mort en pleine nature, où il s’est réfugié, coupé de tout et de tout le monde, voyant là son seul salut et la seule manière pour lui d’accéder à sa liberté.

This reminds us of the deep rebellion brought about by the protagonist of the film « Into the Wild », in which his rejection of the established order and of American consumer society will lead him to his death in the middle of the wilderness, where he has taken refuge, cut off from everything and everyone, seeing this as his only salvation and the only way for him to achieve his freedom.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s