Suite et fin du discours de haut vol de J.K. Rowling à Harvard – Partie 5

Unlike any other creature on this planet, human beings can learn and understand without having experienced. They can think themselves into other people’s places.

A la différence de toutes les autres créatures de la planète, l’humain peut apprendre et comprendre sans avoir expérimenté. Les humains peuvent se projeter et se mettre à la place des autres.

They can think themselves into other people’s places. Of course this is a power like my brand fictional magic that is morally neutral. One might use such an ability to manipulate or control just as much as to understand or sympathize. And many prefer not to exercise their imaginations at all. They choose to remain comfortably within the bounds of their own experience, never travelling to wonder how it would feel to have been born other than they are.

Ils peuvent penser en se mettant à la place des autres. Bien sûr c’est un pouvoir de même que ma fiction est moralement neutre. On peut utiliser une telle capacité pour manipuler ou contrôler autant que pour se mettre en empathie et pour comprendre. Et beaucoup préfèrent ne pas utiliser leur imagination du tout. Ils choisissent de rester confortablement dans les clous de leur propre expérience, ne voyageant jamais pour se demander ce que cela ferait d’être né autre que ce qu’ils sont.

They can refuse to hear screams or peer inside cages. They can close their mind and hearts to any suffering that does not touch them personally. They can refuse to know. I might be tempted to envy people who can live that way except that I do not think they have any fewer nightmares than I do. Choosing to live in narrow spaces leads to a form of mental aquaphobia and that brings its own terrors. I think the willfully unimaginative see more monsters, they are often more afraid. What is more : those who choose not to empathize enable real monsters for without ever committing an act of outright evil ourselves, we collude with it, through our own apathy.

Ils peuvent refuser d’entendre les cris ou leurs pairs à l’intérieur de leurs cages. Ils peuvent fermer leur esprit et leurs coeurs à toutes formes de souffrance qui ne les touche pas personnellement. Ils peuvent refuser de savoir. Je pourrais être tentée d’envier les gens qui peuvent vivre de cette façon, excepté que je ne pense pas qu’ils fassent moins de cauchemars que moi. Choisir de vivre dans des espaces étroits mène à une forme de claustrophobie mentale qui apporte ses propres terreurs. Je pense que l’absence délibérée d’imagination voit plus de monstres et qu’ils sont souvent plus effrayés. De plus : ceux qui choisissent de ne pas être empathiques permettent à de vrais monstres d’exister donc sans commettre d’actes condamnables nous-mêmes, nous les permettons, à travers notre propre apathie.

One of the many things I’ve learnt at the end of that classics corridor down which I’ve ventured at the age of 18 in search of something I could not identify was this, written by the Greek author Plutarch.

Une des choses que j’ai apprises au bout de couloir de lettres classiques où je me suis aventurée à l’âge de 18 ans en quête de quelque chose que je ne pouvais point nommer était cela : écrit par l’auteur grec Plutarch.

What we achieve inwardly will change outer reality.

Ce que nous accomplissons intérieurement changera la réalité extérieure.

That is an astonishing statement and yet proven a thousand times everyday of our lives. It expresses in part our inescapable connection with the outside world the fact that we touch other people’s live simply by existing. But how much are you, Harvard graduate of 2008, likely to touch other peoples’s lives. Your intelligence, your capacity for hard work, the education you have earned and received, gives you unique status and unique responsibilities. Even your nationality sets you apart. The great majority of you belong to the world’s only remaining super power.

C’est une citation étonnante et elle a été prouvée comme vraie des milliers de fois dans nos vies. Cela exprime en partie notre intangible connection avec le monde extérieur et le fait que nous touchons la vie des autres simplement en existant. Mais dans quelle mesure êtes-vous, diplômés de Harvard de 2008, en mesure de toucher la vie des autres ? Votre intelligence, votre capacité à travailler dur, l’éducation que vous avez gagnée et reçue, vous donne un statut unique et des responsabilités uniques. Même votre nationalité vous place à part. La grande majorité d’entre vous appartient au seul super pouvoir du monde qu’il reste.

The way you vote, the way you live, the way you protest, the pressure you bring to bear on your government has an impact way beyond your borders, that is your privilege and your burden. If you choose to use your status and influence to raise your voice on behalf of those who have no voice, if you choose to identify not only with the powerful but with the powerless. If you retain the ability to imagine yourself into the lives of those who do not have your advantages, then it will not only be your proud families who celebrate your existence, but thousands and millions of people whose reality you’ve helped change.

La manière dont vous votez, la manière dont vous vivez, la manière dont vous protestez, la pression que vous mettrez sur notre gouvernement a un impact bien au-delà de vos frontières, et ceci est votre privilège et votre fardeau. Si vous choisissez d’utiliser votre statut et votre influence pour élever votre voix aux côtés de ceux qui n’en ont pas, si vous choisissez de vous identifier non seulement aux puissants mais aussi à ceux qui n’ont aucun pouvoir. Si vous maintenez votre capacité à vous imaginer dans les vies de ceux qui n’ont pas vos avantages, alors ce ne sera pas seulement vos familles qui célébreront votre existence, mais des milliers et des millions de gens que vous aurez aidé à changer leur réalité.

We do not need magic to transform our world.

Nous n’avons pas besoin de magie pour transformer le monde.

J.K. Rowling

We carry all the power we need inside ourselves already. We have the power to imagine better. I’m nearly finished. I have one last hope for you which is something that I already had at 21. The friends with whom I sat on graduation day have been my friends for life, they are my children’s godparents, the people to whom I’ve been able to turn in times of real trouble, people who have been kind enough for not to sue me when I took their name for death eaters.

Nous portons déjà en nous tout le pouvoir dont nous avons besoin. Nous avons le pouvoir d’imaginer mieux. J’ai presque fini. J’ai un dernier espoir pour vous qui est quelque chose que j’avais déjà à 21 ans. Les amis avec lesquels je me suis assise à ma cérémonie de remise des diplômes ont été mes amis pour la vie, ils sont les parrains / marraines de mes enfants, les personnes vers lesquelles j’ai pu me tourner dans les moments de vraies galères, les gens qui ont été assez gentils pour ne pas me poursuivre lorsque j’ai emprunté leurs noms pour les mangemorts.

At our graduation, we were bound by enormous affection, by our shared experience of a time that could never come again and of course by the knowledge that we held certain photographic evidence that would be exceptionally valuable if any of us ran for Prime Minister !

A notre remise des diplômes, nous étions liés par une grande affection, par notre expérience partagée d’un temps qui ne pourrait plus jamais revenir et bien sûr par la connaissance que nous possédions certaines preuves photographiques qui prendrait une valeur exceptionnelle si nous candidations pour un poste de Premier Ministre !

So today I wish you nothing better than similar friendships and tomorrow I hope that even if you remember not a single word of mine, you remember those of Seneca, another of those old romance I met when I fled down the classics corridor in retreat from career ladders, in search of ancient wisdom.

Alors aujourd’hui je ne vous souhaite rien de mieux que des amitiés semblables et demain j’espère que même si vous ne vous rappelez pas d’un seul mot de ma part, vous vous rappellerez ceux de Sénèque, une autre vieille romance que j’ai connue dans les couloirs des lettres classiques, en retrait des histoires de carrières, à la recherche de sagesses anciennes.

As is a tail, so is life : not how long it is but how good it is, is what matters.

Tel un conte, telle est la vie : pas combien de temps elle dure, mais combien elle est bonne, est ce qui compte.

Seneque

I wish you all very good lives. Thank you very much !

Lire les parties précédentes du discours >>

Partie 1

Partie 2

Partie 3

Partie 4

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s