Deux films sensibles à ne pas manquer…

Après le mariage

C’est un film au scénario assez étonnant.

Il est basé sur les destins croisés de deux femmes qui ont connu le même homme et dont les vies vont se rejoindre suite à des événements tragiques.

Le film évoque l’engagement humanitaire des personnes venant des pays occidentaux qui s’investissent dans le développement humain et durable des populations défavorisées, ici en Inde, dans un orphelinat.

Il traite également de la maternité et du rapport d’une femme à son enfant, à sa capacité à l’élever. Il parle de l’abandon, de l’adoption et de la réunion de parents séparés par la vie.

Le film évoque également le sujet du mariage et des choix de vie faits lorsque l’on est jeunes.

Après le mariage, un film de Bart Freundlich avec Michelle Williams et Julianne Moore
Après le mariage, film de Bart Freundlich

« Après le mariage » dresse également un certain portrait de la maladie et de la fin de vie avec les choix, parfois maigres, dont l’humain dispose face à de telles tragédies.

Je recommande ce film car je l’ai trouvé ce film touchant, étonnant et agréable à regarder, avec de beaux acteurs et actrices en présence.

On y retrouve notamment Michelle Williams, alias Jen Lindley, la jeune fille torturée de la série Dawson dans un rôle encore pas simple, mais intéressant, ainsi que Julianne Moore, admirable dans son rôle de business woman, femme et mère épanouie.

Shine

Ce film australien de Scott Hicks, sorti en 1996, est aussi très intéressant à découvrir. Il s’appelle « Le prodige » au Québec.

« Shine » parle d’un enfant prodige du piano qui grandit à Melbourne dans une famille d’immigrés polonais, avec beaucoup d’amour mais sous l’autorité écrasante d’un père qui ne comprend pas et n’accepte pas le besoin de réussite et d’émancipation de son fils.

Geoffrey Rush dans le rôle de David Helfgoot, prodige du piano australien

Personnage réel et enfant extrêmement doué au piano, David Helfgoot a excellé dans le monde de la musique à l’international, où il a joué des morceaux tels que le Concerto N°3 de Rachmaninov, que personne n’avait jamais osé présenter dans de grands concours, qu’il gagne haut la main, mais après lesquels il s’effondre, en proie à de terribles troubles dépressifs et de la personnalité.

Son don s’accompagne d’un rapport particulier à la réalité et sa situation familiale chaotique ne l’aide pas à évoluer sereinement. Cela fait de lui un personnage étonnant mais attachant, qui va peu à peu parvenir à s’extirper des griffes de la psychiatrie pour rejoindre le monde réel et se construire au contact de personnes prêtes à l’accepter pour ce qu’il est.

Ce film aura valu un oscar du meilleur acteur à Geoffrey Rush pour sa performance.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s